Shalom שלום veut dire Paix

Shalom  שלום veut dire Paix
SHALOM שלום veut dire Paix. Dans la langue courante, c'est bonjour, au revoir et salut. Mais c'est aussi plus qu'un mot, c'est un rêve !

30 septembre 2009

Le Shnorer* de la rue des rosiers-Michèle Khan

Quel est le comble du Shnorer ? C'est de rester toute sa vie Shnorer, mais également de faire fructifier son commerce de Shnorer !

Comment Stanislaw le Shnorer, aurait-il pu savoir qu'en allant livrer des gâteaux à son homonyme, Stan Marin, que sa vie aller changer à tout jamais ? Savait-il que leur destin allait être lier pour l'éternité ?
Se doutait-il qu'il allait être, le flambeau de la mémoire et qu'un jour viendra où il devra transmettre aux générations futures, le terrible récit de Stan ?

Stanislaw, le Shnorer, pensait que sa vie n'était qu'une sempiternelle habitude, mais grâce à une livraison et à un gémissement, il allait devenir le témoin d'une histoire qui ne devait jamais être oubliée.
Durant sept jeudis, Stanislaw, le Shnorer sera le compagnon de route, de l'histoire d'une survie, celle de Stan Marin.
En passant par Lodz, Dachau, Steyr, Radom, Auschwitz, Dachau et la France, Stan Marin nous fait vivre sa terrible histoire. De camps en ghettos, il nous démontre son envie de vivre et de survivre aux cotés de tyrans et de la plus énorme des cruautés : la barbarie humaine.

Stanislaw, le Shnorer, redeviendra un homme au fil de ces 7 jeudis de l'histoire, avec une dignité et un honneur retrouvés. Enfin leurs destins seront scellés à tout jamais, et l'histoire sera offerte à tous ceux qui ne voudront plus jamais ça !

Une histoire vraie, sans misérabilisme et pleurs. Une histoire qu'il faut transmettre et qu'il faut dédier à tous ceux qui ont envie que l'oubli n'existe pas.

Michèle Khan termine son livre par ces quelques mots : Une histoire vraie qu'il faut crier au monde, pour que jamais ne s'efface de nos mémoires, ce que la barbarie a pu entraîner ! Peut-être sommes-nous prêt à vivre les yeux ouverts et à interroger le monde ?

Criions tous ensemble et ouvrons grand nos yeux et le monde apparaîtra sous un jour nouveau, voilà, en fait, la vraie leçon de Stanislaw, le Shnorer.

* mendiant en Yiddish

7 commentaires:

piroshka a dit…

Tu nous donnes vraiment envie de le lire . J'essayerai de me le procurer .
Bises Edith

Vivi a dit…

une fois en main, il est difficile de poser ce livre, je l'ai lu d'un seul trait !

Claire a dit…

Encore un livre à lire, quoique je n'aime pas beaucoup l'écriture de Michèle Khan. Bises

Vivi a dit…

je me siouviens de cette rue... et des schnorers qu'on voit sous d'autres formes aujourd'hui.. dit, tu me le gardes??

Eva a dit…

ton shnorer habite dans la rIe de rosiers ;-)

je vais essayer de le trouver pour l'offrir à Maman

dh a souri quand il a lu le titre de ton article car il s'habille mal, je le traite de shnoredig :-)

on parle toujours yiddish à la maison et dans la vie courante - certaines expressions sont intraduisibles

"kish" Eva

Françoise a dit…

Notre devoir de mémoire...tu y contribues.Je ne suis pas juive..ni quoi que ce soit "d'autre", mais je suis profondément laïque, et quotidiennement, j'essaie de faire comprendre à mes petits élèves qu'il est impératif de se respecter et de vivre ensemble...Ensemble, avec toutes nos diversités...Ensemble...quel joli mot, tu ne trouves pas ?

Vivi a dit…

tout a fait d'accord avec toi, Francoise, le respect et la tolerance.